21 mai – REPORTAGE Expédition – Trekking 4 jours dans les montagnes de Kbal Spean

img

NB : Cet itinéraire ne sera pas proposé à la vente de par sa difficulté, il s’agit d’une Expédition comme nous aimons les faire à Terre Cambodge ! 🙂 Voici le récit de nos péripéties

Jour 1 – 15 MAI 2015– Départ pour le Phnom Kulen région Nord-Ouest . 11KM

C’est à 4h30 du matin que nous nous donnons rendez-vous afin de charger le matériel à bord du van. Hamacs-moustiquaires, bâches, cordages, GPS, réchauds, trousse de secours, nourriture et eau. Véhicule chargé, nous nous dirigeons à Kok Chann dans un petit restaurant local pour prendre le petit déjeuner.

Le reste de l’équipe qui nous accompagne pour cette expédition nous rejoint pour terminer le café, au total : 14 personnes, les membres de l’équipe Terre Cambodge : Laurent, Estelle, Phoun, Cheleay, Thomas, 4 rangers, 3 policiers et 2 membres de l’ONG ADF Kulen JB et Erika (www.adfkulen.org).

abd182_cf59fe47c464477ead75508f2ba25de1Pendant 1h30, nous roulons à bord de notre véhicule en direction du nord-ouest de Kbal Spean. Le chauffeur nous dépose 13 kilomètres plus loin après une traversée agitée via des sentiers balisés par les poteaux « zone minée ».
Nous stoppons ce convoi et répartissons le matériel dans les différents sacs à dos des membres de cette expédition. Sac à dos serrés, 3 litres d’eau potable par personne, 1 kalachnikov chargée en cas de pépin (coupe et trafic de bois dans ces régions) et nous entamons ce trekking. Nous marchons pendant 2 heures à travers les derniers villages de cette région du Kulen par champs, forêts et chaleur (38 degrés). Nous commençons enfin à monter en altitude et nous enfonçons de plus en plus dans la jungle tropicale.
abd182_e8fd3f13e973453084d315fdc4e3637eNous nous arrêtons sur les petits sentiers de forêts pour casser la croûte au bord d’une rivière presque asséchée. Au menu : riz, noodles, conserves… savamment orchestré par une équipe de rangers aux talents culinaires insoupçonnés (tout est mixé dans une gamelle !). Le cadre est agréable, cascade, chant des oiseaux et feu de camp. Nous nettoyons la zone pour ne laisser que la trace de nos pas, réarmons nos sacs à dos et reprenons le chemin.
Nous progressons pendant 4 heures à travers la jungle en guettant grâce à nos GPS, les points d’eaux, essentiels pour se ravitailler et établir notre campement.
Nous trouvons en fin d’après-midi un cadre idéal pour monter le bivouac pour la nuit. Nous installons nos hamacs moustiquaires et les bâches contre la pluie, mettons en place le coin cuisine pour préparer le dîner qui se fera autour d’un bon du feu de camp au milieu de la jungle.

Nous profitons du petit coin d’eau pour prendre la douche, cuisiner et remplir nos gourdes (eau bouillie au feu de camp). Un serpent et un scorpion viennent nous rendre visite. Nous terminons cette journée au coin du feu en débriefant autour d’un petit rhum cannelle bien mérité. Il est temps de rejoindre nos hamacs moustiquaires pour passer cette première nuit dans cette zone isolée, ponctuée par les cris de gibbons et les pas d’animaux nocturnes.

abd182_30ef6b1cd6584da0b0bd7bb9c4687f71

Jour 2 – 16 MAI 2015 – Traversée de Kbal Spean axe NO-SE. 11.5 KM

Sur les coups de 5h du matin, nous sommes réveillés par les cris des gibbons. C’est l’heure d’une petite douche dans le point d’eau situé en contrebas du bivouac. Nous prenons ensuite un petit déjeuner rapide avant de plier le campement de repartir en direction du sud-est des montagnes.

abd182_0798fef9a973489ba9ebfc9e5194a8d7Nous marchons pendant 4heures durant la matinée en continuons notre ascension dans la jungle tropicale. En chemin, nous tombons sur un campement sauvage installé par les coupeurs de bois illégaux et entendons au loin des tronçonneuses en marche. Les rangers et les policiers décident alors de mettre le feu à leur campement et de récupérer une partie de leurs biens : casseroles, poêles et sac de riz. L’ordre est ensuite donné de progresser silencieusement vers la zone où nous entendons les tronçonneuses. Nous arrivons à proximité mais sommes certainement déjà repérés et se sont déjà enfuit.
Nous reprenons notre randonnée pour arriver en début d’après-midi sur un point d’eau entouré de roche et de végétation luxuriante. C’est ici que nous déjeunons après avoir fait bouillir de l’eau (ragoutante et vaseuse) pour cuisiner le riz récupéré le matin et remplir à nouveau les gourdes de l’équipe. Pour donner une idée, nous sommes à ce stade du trekking, à environ 4 litres d’eau par personne et par jour, autant dire que le besoin de trouver les points d’eaux dans cette région humainement déserte est primordial.

abd182_7c64324fb0984e4391229bce85a2d314Au moment de repartir, Laurent se rend compte que son Iphone n’est plus dans sa poche, après vérification, il est certainement tombé durant les péripéties de la matinée. De son plein gré, Chealy refait les deux derniers kilomètres parcourus et revient ensuite au bivouac avec le téléphone ! Un miracle peut-être ? Après cette mésaventure qui aura bien fait rire l’équipe, nous reprenons notre chemin pour trouver un endroit où passer la nuit (toujours à proximité d’un point d’eau).
Nous randonnons pendant 2 heures avant d’arriver au pied d’un arbre centenaire magnifique, l’endroit semble idéal pour s’y arrêter.
Nous apercevons à 100 mètres derrière, une série de rochers, nous nous y rendons et découvrons un site géologique particulier.
Nous décidons d’y installer notre bivouac.

abd182_e7f60ac81deb4f0da518ddbd8ae4d370A ce moment-là, nous ne trouvons toujours pas d’eau et commençons à nous inquiéter car les points GPS ne mentionnant aucun point d’eau à proximité.
Au loin, les nuages s’assombrissent et laissent présager un orage.
Estelle en profite pour faire une danse de la pluie en espérant que celle-ci nous aide.
Et là, miracle ! Une pluie providentielle s’abat sur nous quelques minutes plus tard.
Nous nous précipitons au milieu de ce relief karstique pour y poser les bâches de nos hamacs et y retenir l’eau de pluie.

abd182_bc4396d2021f4a00b9b2e1ad10c2f4b0Nous en profitons pour prendre une douche sous l’orage avec nos savons bio.
La pluie a été tellement généreuse que nous avons même trop d’eau pour remplir nos réserves !
Après cet épisode pluvieux, nous installons nos hamacs moustiquaires, non sans mal. Thomas tombe encore sur un serpent à côté d’un des arbres qui soutient son hamac.
Pendant ce temps, le coin cuisine se monte et nous profitons des derniers rayons de soleil autour d’un diner gastronomique 5 étoiles, toujours préparé par nos rangers. Le menu à la carte de ce soir : noodles/sardines ou riz/pain-pâté. Nous débriefons des aventures forestières de la journée, toujours émerveillés par l’orage providentiel qui s’est abattu sur nous avant de rejoindre nos hamacs moustiquaires.

abd182_43e7e24f9d1f4a5e9c4e3cf32eec2165

La suite de l’aventure au prochain épisode !

Abonnez-vous à notre Newsletter

Retrouvez-nous !

Go To Top