Expedition in National Park BOKOR, South Cambodia

[:fr]

Bokor, April 2018
We just came back yesterday from a survey nature-expedition with the office in the mysterious National Park of PHNOM BOKOR, South of Cambodia. The ex-guerilla Khmer Rouge found refuge in this massive Mountain along the sea. Because of their isolation, this sanctuary is largely untouched and wild still today. We explored the plateau and camped there on the first day, then trekked down the 1000m height-difference through a deep tropical forest among Hornbills, Giant squirrels and Gibbons in …7 hours! (check video). Congratulations to Rina, Phirum, Estelle, Phoun, Chealy and Sokha for 2 two difficult days. Looking forward to trekking again with this great team.
Our videos on our Channel Youtube:
https://youtu.be/7TAUefXaK-Q
https://youtu.be/nsUngV8gC24
https://youtu.be/OZqP3DAy4-A
   

[:en]

Bokor, April 2018
We just came back yesterday from a survey nature-expedition with the office in the mysterious National Park of PHNOM BOKOR, South of Cambodia. The ex-guerilla Khmer Rouge found refuge in this massive Mountain along the sea. Because of their isolation, this sanctuary is largely untouched and wild still today. We explored the plateau and camped there on the first day, then trekked down the 1000m height-difference through a deep tropical forest among Hornbills, Giant squirrels and Gibbons in …7 hours! (check video). Congratulations to Rina, Phirum, Estelle, Phoun, Chealy and Sokha for 2 two difficult days. Looking forward to trekking again with this great team.
Our videos on our Channel Youtube:
https://youtu.be/7TAUefXaK-Q
https://youtu.be/nsUngV8gC24
https://youtu.be/OZqP3DAy4-A
   

[:]

21 mai – REPORTAGE Expédition – Trekking 4 jours dans les montagnes de Kbal Spean

[:fr] 

Discover our journey on this video : https://www.youtube.com/watch?v=S2TfjSQJb40

Note: This itinerary will not be for sale due to the level of risk, but it is the kind of expedition that we like at Terre Cambodge! 🙂 Here is our story!

 Day 1 – May 15th, 2015 – Leaving For Phnom Kulen, North-West. 11KM

We met at 4:30 am to put all the material in the van. Hammocks with mosquito net, tarps, ropes, GPS, camping stove, First aid kit, food and water. Once we were all packed up, we headed to Koh Chann, a local restaurant, to have some breakfast.

The rest of the team that will be part of the expedition met us at the café! We were 14 persons in total: The members of team Terre Cambodge (Laurent, Estelle, Phoun, Cheleay, Thomas), 4 rangers, 4 police officers, and 2 members of ADF Kulen NGO (JB and Erika – www.adfkulen.org).

abd182_cf59fe47c464477ead75508f2ba25de1

We drove for 1:30 hours North-West of Kbal Spean. The driver dropped us off 13 km up the road after a bumpy ride on a path marked by post with “Mined area” signs.

 

 

We stopped and split the material among the expedition members back packs. Back pack adjusted, 3 liters of drinking water each, 1 kalachnikov in case of trouble (the area is known for wood cuts and trafficking) and we are ready to go. We walked for 2 hours across the last villages of the Kulen area through fields and forest in the heat (38°C or 100°F). We finally started to climb and we were getting deeper and deeper in the tropical jungle.

abd182_e8fd3f13e973453084d315fdc4e3637eWe stopped on a small path in the forest to grab a bite, near an almost dried out river. On the menu: rice, noodles and cans… all well put together by a team of rangers with secrets culinary talents (the simple art of mixing everything together!).

The setting is nice, little rapids, birds signing, cracking fire. We cleared the area to leave no trace of our presence, put our back packs on and hit the road again.

We walked for 4 hours through the jungle while using the GPS to track water sources, essential to replenish water and set up camp.

Toward the end of the afternoon, we found the perfect set up for our overnight camp. We installed the hammocks with mosquito nets and a tarp to protect our camp from the rain, arrange our kitchen area to prepare dinner, which we will have by a fire, in the heart of the jungle.

We used the water source to shower briefly, cook and fill up our cantinas (the water is boiled on the fire). A snake and a scorpion even visited us! We finished the daily debriefing sharing a well-deserved cinnamon rum. It was time to get in our hammocks and spend our first night in this remote area, a night that was marked by Gibbon’s screams and nocturnal animal steps.

abd182_30ef6b1cd6584da0b0bd7bb9c4687f71

Day 2 – May 16th, 2015 – Crossing Kbal Spean, direction NO-SE. 11.5KM

 

At 5 am sharp, gibbons’ screams woke us up. Time for a quick shower in the creek right down the camp. We then had a quick breakfast before packing up and heading South-East of the mountains.

abd182_0798fef9a973489ba9ebfc9e5194a8d7

We walked for 4 hours in the morning while climbing through the tropical jungle. On the road, we came across a bush camp set up by the illegal wood cutters, and we even heard the chainsaws far away. The rangers and police officers decided to burn down the camp and take some of the goods like pots, pans and rice bags. We were then told to move quietly toward the area from where we heard chainsaws.

We got close, but they probably spotted us and ran away.

We resumed our trekking to reach a water creek surrounded by rock and lush vegetation. This is where we had lunch after boiling water (yummy and muddy) to cook the rice found earlier and filled up our cantinas, once again. For your information, at this point we drank about 4 liters of water per person, per day. No need to say that it is vital to find water sources in such a drought area.

abd182_7c64324fb0984e4391229bce85a2d314

When it was time to get back on the road, Laurent realized that his iPhone was no longer in his pocket, after double checking, he admitted that he probably dropped it during the morning’s adventure. Without hesitating, Chealy walked back the last 2 km and comes back to camp with the phone! A miracle, most likely! After the story that gave us a good laugh, we got moving again to find the next water source and set up camp for the night.

We walked for 2 hours before reaching a magnificent centennial tree, it seemed like the perfect place to stop. We saw a series of rock formation about 100 m away. Curious, we walked toward it and discovered a unique geological site. We decided to set up camp there.

abd182_e7f60ac81deb4f0da518ddbd8ae4d370At that point, we didn’t always find water sources and we begin to worry as the GPS milestones didn’t show water nearby. Clouds coming in are calling for some storms. Estelle decided to do a rain dance, hoping it would help us. And then, a miracle! A most appreciate rain started falling and stopped within a few minutes.

We threw our tarp and hammocks out to catch as much rain water as we can.

abd182_bc4396d2021f4a00b9b2e1ad10c2f4b0

We also took advantage of the storm to shower, using our bio soap. It really rained generously and we got more than enough water to fill up our cantinas and water tanks. After that rainy episode, we set up our hammocks with mosquito nets, not without a little work. Thomas even came face to face again with a snake, right next to the trees holding his hammock.

At the same time, we put together the cooking area and we enjoy the last sun rays while enjoying a 5-star dinner, again cooked by our rangers. Tonight, on the menu: noodles and sardines or rice and bread with pâté. Again that evening, before climbing in our hammocks, we debriefed the forest adventures of the day, still amazed by the much needed storm that hit us.

abd182_43e7e24f9d1f4a5e9c4e3cf32eec2165

The Adventure continue soon in a next Episode !

[:]

Terre Cambodge au salon Directravel, Paris

Terre Cambodge sera présent au salon Directravelstand 17, du 22 au 24 septembre 2017, Paris.
Concevoir, échanger, communiquer sur internet ne suffit pas toujours. Dans ce monde de relations multicanales, rien ne remplace l’humain, l’effet de la rencontre physique, pour s’engager avec confiance.
DirecTravel organise à Paris LA SECONDE rencontre entre les experts locaux et leurs clients voyageurs.
Une centaine d’exposants issus du monde entier et plus de 6.000 visiteurs sont attendus dans un espace dédié de 1.000 m² au cœur de Paris, dans le Marais, à la Halle des Blancs Manteaux.
Venez découvrir ce salon et nous rencontrer à notre stand Terre Cambodge, expert local Cambodge.

Qui sommes-nous ?Terre Cambodge est une agence de voyage locale francophone, implantée à Siem Reap depuis 1998. Spécialiste des voyages et des circuits sur-mesure au Cambodge, nos voyages sont conçus autour du thème de l’aventure et de la rencontre avec les habitants. Notre conception du voyage s’articule autour du tourisme responsable et durable, notamment à travers nos actions à échelle locale, comme le soutien et le financement de l’ong ADF Kulen wwww.adfkulen.org, mais aussi, dans la rémunération de nos équipes au bureau, nos guides, nos chauffeurs, nos hôtes… et les partenaires locaux.

Le leitmotiv de notre agence locale : vous faire voyager hors des sentiers battus tout en découvrant les incontournables de la destination en ne laissant que la trace de nos pas.

Voyage Responsable et Durable

Depuis 7 ans, Terre Cambodge travaille avec la fondation ADFkulen dans des projets d’éducation et développe des voyages solidaires.   + d ‘info…

Nouveau Repérage 2017 avec l’équipe Terre Cambodge

[:fr] 

 

Cette semaine Terre Cambodge est parti en repérage pour un nouvel itinéraire sacoche et VTT et vous permettre de vous éloigner des sentiers battus…

Deux journées a VTT de découverte et rencontre… Deux journées de 65 Kms entre villages, forets, rizières et temples… Loin de la foule…. 

 

Quelques incidents de parcours avec malheureusement un vélo casse… Mais une très belle experience et des rencontres formidables dans des lieux ou les voyageurs ne passent jamais… Des villages entres les forets et les rizières, une nature encore un peu préservées…

 

        

 

Contactez nous pour plus d’information info@terrecambodge.com

 

 [:]

Petit carnet de voyage de deux citadins en voyage avec Terre Cambodge

[:fr]Lundi, départ pour une journée découverte des temples à VTT. Nous avons fait 35Kms à travers la forêt du site d’Angkor et nous sommes arrêtés pour découvrir des temples peu connus. D’Angkor Thom au Preah Khan, sans oublier Ta Nei, Ta Phrom… Nos voyageurs auront fait le tour sans croiser de touristes et a l’ombre des petits sentiers….

C’est au lever du jour, le lendemain, que commence l’aventure pour nous.
Depart pour le sommet du Phnom Kulen. Nous prenons notre petit déjeuner face à la cascade, avant de commencer l’ascension à travers la forêt tropicale.
Cette petite randonnée nous permet d’apprendre à connaître deux guides ayant aussi accompagné une excursion Trek & Aventure à Kbal Spean…

Arrivés au sommet de la montagne sacrée du Phnom Kulen

Nous avons l’opportunité d’observer de loin quelques singes, croisons deux toucans, sans oublier des fourmis ou encore des araignées multicolores. La forêt nous réserve beaucoup d’autres surprises. Nous découvrons de nombreux rochers gravés et sculptés. Nous continuons jusqu’à une grotte où les chauve souris ont trouvé refuge… En chemin, nous en profitons pour faire une pause dans une clairière avec un très beau panorama

Après avoir traversé un ruisseau, nous atteignons le village où nous passerons la nuit. Nous sommes accueillis  chaleureusement par nos hôtes et une noix de coco fraîchement cueillie pour nous. Quelle chance!

Moments privilégiés avec les enfants de la famille
Moments privilégiés avec les enfants de la famille

Nous prenons le temps de nous installer, déjeunons avec nos hôtes. La cuisine traditionnelle khmère est délicieuse! 
Nous partons ensuite avec notre guide pour visiter le village et rencontrer les habitants…
Nous retournons chez nos hôtes vers 18h et apprécions un diner avec la famille. Nous en apprenons plus sur leur vie et discutons autour d’un verre d’alcool de riz.
Après une bonne nuit de repos à la campagne, il est temps pour nous de redescendre… Nous faisons nos adieux à nos hôtes et prenons une dernière photo avec eux.

Dernière photo avant le départ avec nos hôtes
Dernière photo avant le départ avec nos hôtes

Notre séjour continue et nous partons en direction du sud du Cambodge, à Koh Kong.

Après quelques jours autour de Siem Reap, nous rejoignons donc par avion la capitale cambodgienne : Phnom Penh… (45 minutes de vol)

Notre matinée est pleine de découvertes et visites : le superbe palais royal et sa pagode d’argent ou encore le musée du génocide…

Nous partons ensuite en véhicule pour la province de Koh Kong… (6h de route) La route est sinueuse et passe à travers les Montagnes des Cardamomes.

Bien que la saison ne soit pas propice pour cette région … Nous découvrons une magnifique forêt et une petite ville en bord de mer très charmante…

Le lendemain nous commençons une randonnée qui nous mènera au sommet d’une petite montagne après  3h de marche en forêt… La traversée de rivières ainsi que la découverte de la faune et la flore locale dont au programme.

La traversée d'une rivière durant notre randonnée
La traversée d’une rivière durant notre randonnée

Au sommet, une magnifique vue sur la région et une petite cascade nous attendent. Nous apprécions ce moment mêlant beauté et détente. Cette excursion qui semblait difficile au début prend tout son sens à son arrivée et la récompense en est d’autant plus appréciée.

Après le déjeuner, il nous faut repartir et cette fois-ci le terrain est plus difficile. Nous randonnons plus lentement. Arrivés en bord de rivière, notre bateau et son capitaine nous attendent pour nous faire découvrir un les paysages entre pierres et eau… Nous arrivons enfin à Koh Kong, juste avant la tempête!

10561562_10153334006330170_1188064160695656255_n

Juin étant le début de la saison des pluies, le programme de notre seconde journée à Koh Kong est modifié, nous ne pourrons malheureusement pas partir pour l’île. Nous partons à la découverte des magnifiques Mangroves, en bateau et à pied .

L’ultime étape de notre randonnée est le pont au-dessus de la rivière. Il n’est pas évident pour tout le monde de le traverser.

Il est temps de se reposer un peu! Nous allons à Tatai, au milieu de la jungle et en bord de rivière où nous nous installons dans un petit coin de paradis. Nous devons cependant partager notre chambre avec un colocataire inattendu : un magnifique & énorme Gecko!

Pour notre dernière journée, nous repartons à travers les Cardamomes en voiture pour rejoindre la petite et paisible plage d’Autres, proche de Sihanoukville.

Pour nous, citadins, ce séjour a été l’occasion de découvrir d’autres manières de voyager et les rencontres faites seront inoubliables….[:]

Excursion en famille autour de Siem Reap

[:fr]Autour de Siem Reap, Velo en famille

Il y a quelques semaines, nous avons passé une dizaine de jours au Cambodge. Notre guide nous a emmenés sur des sentiers à travers la forêt et les temples en VTT et à pied, en nous racontant l’histoire passionnante du Cambodge. Les enfants ont adoré jouer à cache cache dans les galeries des temples moins connus et partir à la chasse au trésor dans la ville.

Au programme, Angkor bien sûr, mais aussi la campagne environnante, des nuits chez l’habitant, la découverte de la vie locale et bien plus…
Une chose est sûre, les temples sont très impressionnants, mais il y a tellement d’autres choses à faire et à visiter au Cambodge!

Cours d'aquarelles avec un peintre khmer

Les balades à vélo à l’ombre des arbres étaient extra et le plus grand des enfants avait son propre vélo… sans petites roues! Terre Cambodge a du matériel et des vélos pour tous les âges. Son petit frère, quant à lui, n’a pas pédalé de la journée : il était dans un siège bébé et s’est laissé porter par le rythme des coups de pédales de papa! Nous nous sommes arrêtés pour déjeuner chez un peintre et avons appris quelques techniques d’aquarelle avec ses conseils avisés. Peindre un éléphant est finalement assez facile.

Les trajets en tuk tuk ont plu aux petits et grands : ça secoue un peu et la décoration est marrante.

Rencontres entre locaux et voyageurs, une découverte du village main dans la main

Le mieux reste les nuits chez l’habitant, pleines de découverte, de bons moments avec nos hôtes et de nouveaux goûts et bruits (celui des différentes cigales, ou bien le son du geko). Les enfants du village nous ont appris quelques jeux et nous leur en avons appris aussi. Un vrai moment de partage et d’échange inestimable, avec des mots khmers appris sur le tas et notre guide pour traduire le reste.

Nous avons pu mettre la main à la pate et aider la maîtresse de maison à préparer le dîner.

En pleine création, cours de céramique

Les activités étaient variées : partage, rencontre, cours de cuisine, peinture, jeux de piste, chasse aux trésors, montgolfière, cirque… Tout un programme adapté à notre rythme. Enfin, avant de rentrer chez nous, nous avons exploré les rues et quartiers de Phnom Penh, la capitale cambodgienne en cyclo pousse. C’était vraiment amusant et grisant de se laisser guider dans ces taxis locaux et typiques de la ville. Nous revenons les valises et la tête chargées de moments inoubliables et uniques passés auprès de personnes authentiques et accueillant.

 

 

 [:]

21 mai – REPORTAGE Expédition – Trekking 4 jours dans les montagnes de Kbal Spean

[:fr]

NB : Cet itinéraire ne sera pas proposé à la vente de par sa difficulté, il s’agit d’une Expédition comme nous aimons les faire à Terre Cambodge ! 🙂 Voici le récit de nos péripéties

Jour 1 – 15 MAI 2015– Départ pour le Phnom Kulen région Nord-Ouest . 11KM

C’est à 4h30 du matin que nous nous donnons rendez-vous afin de charger le matériel à bord du van. Hamacs-moustiquaires, bâches, cordages, GPS, réchauds, trousse de secours, nourriture et eau. Véhicule chargé, nous nous dirigeons à Kok Chann dans un petit restaurant local pour prendre le petit déjeuner.

Le reste de l’équipe qui nous accompagne pour cette expédition nous rejoint pour terminer le café, au total : 14 personnes, les membres de l’équipe Terre Cambodge : Laurent, Estelle, Phoun, Cheleay, Thomas, 4 rangers, 3 policiers et 2 membres de l’ONG ADF Kulen JB et Erika (www.adfkulen.org).

abd182_cf59fe47c464477ead75508f2ba25de1Pendant 1h30, nous roulons à bord de notre véhicule en direction du nord-ouest de Kbal Spean. Le chauffeur nous dépose 13 kilomètres plus loin après une traversée agitée via des sentiers balisés par les poteaux « zone minée ».
Nous stoppons ce convoi et répartissons le matériel dans les différents sacs à dos des membres de cette expédition. Sac à dos serrés, 3 litres d’eau potable par personne, 1 kalachnikov chargée en cas de pépin (coupe et trafic de bois dans ces régions) et nous entamons ce trekking. Nous marchons pendant 2 heures à travers les derniers villages de cette région du Kulen par champs, forêts et chaleur (38 degrés). Nous commençons enfin à monter en altitude et nous enfonçons de plus en plus dans la jungle tropicale.
abd182_e8fd3f13e973453084d315fdc4e3637eNous nous arrêtons sur les petits sentiers de forêts pour casser la croûte au bord d’une rivière presque asséchée. Au menu : riz, noodles, conserves… savamment orchestré par une équipe de rangers aux talents culinaires insoupçonnés (tout est mixé dans une gamelle !). Le cadre est agréable, cascade, chant des oiseaux et feu de camp. Nous nettoyons la zone pour ne laisser que la trace de nos pas, réarmons nos sacs à dos et reprenons le chemin.
Nous progressons pendant 4 heures à travers la jungle en guettant grâce à nos GPS, les points d’eaux, essentiels pour se ravitailler et établir notre campement.
Nous trouvons en fin d’après-midi un cadre idéal pour monter le bivouac pour la nuit. Nous installons nos hamacs moustiquaires et les bâches contre la pluie, mettons en place le coin cuisine pour préparer le dîner qui se fera autour d’un bon du feu de camp au milieu de la jungle.

Nous profitons du petit coin d’eau pour prendre la douche, cuisiner et remplir nos gourdes (eau bouillie au feu de camp). Un serpent et un scorpion viennent nous rendre visite. Nous terminons cette journée au coin du feu en débriefant autour d’un petit rhum cannelle bien mérité. Il est temps de rejoindre nos hamacs moustiquaires pour passer cette première nuit dans cette zone isolée, ponctuée par les cris de gibbons et les pas d’animaux nocturnes.

abd182_30ef6b1cd6584da0b0bd7bb9c4687f71

Jour 2 – 16 MAI 2015 – Traversée de Kbal Spean axe NO-SE. 11.5 KM

Sur les coups de 5h du matin, nous sommes réveillés par les cris des gibbons. C’est l’heure d’une petite douche dans le point d’eau situé en contrebas du bivouac. Nous prenons ensuite un petit déjeuner rapide avant de plier le campement de repartir en direction du sud-est des montagnes.

abd182_0798fef9a973489ba9ebfc9e5194a8d7Nous marchons pendant 4heures durant la matinée en continuons notre ascension dans la jungle tropicale. En chemin, nous tombons sur un campement sauvage installé par les coupeurs de bois illégaux et entendons au loin des tronçonneuses en marche. Les rangers et les policiers décident alors de mettre le feu à leur campement et de récupérer une partie de leurs biens : casseroles, poêles et sac de riz. L’ordre est ensuite donné de progresser silencieusement vers la zone où nous entendons les tronçonneuses. Nous arrivons à proximité mais sommes certainement déjà repérés et se sont déjà enfuit.
Nous reprenons notre randonnée pour arriver en début d’après-midi sur un point d’eau entouré de roche et de végétation luxuriante. C’est ici que nous déjeunons après avoir fait bouillir de l’eau (ragoutante et vaseuse) pour cuisiner le riz récupéré le matin et remplir à nouveau les gourdes de l’équipe. Pour donner une idée, nous sommes à ce stade du trekking, à environ 4 litres d’eau par personne et par jour, autant dire que le besoin de trouver les points d’eaux dans cette région humainement déserte est primordial.

abd182_7c64324fb0984e4391229bce85a2d314Au moment de repartir, Laurent se rend compte que son Iphone n’est plus dans sa poche, après vérification, il est certainement tombé durant les péripéties de la matinée. De son plein gré, Chealy refait les deux derniers kilomètres parcourus et revient ensuite au bivouac avec le téléphone ! Un miracle peut-être ? Après cette mésaventure qui aura bien fait rire l’équipe, nous reprenons notre chemin pour trouver un endroit où passer la nuit (toujours à proximité d’un point d’eau).
Nous randonnons pendant 2 heures avant d’arriver au pied d’un arbre centenaire magnifique, l’endroit semble idéal pour s’y arrêter.
Nous apercevons à 100 mètres derrière, une série de rochers, nous nous y rendons et découvrons un site géologique particulier.
Nous décidons d’y installer notre bivouac.

abd182_e7f60ac81deb4f0da518ddbd8ae4d370A ce moment-là, nous ne trouvons toujours pas d’eau et commençons à nous inquiéter car les points GPS ne mentionnant aucun point d’eau à proximité.
Au loin, les nuages s’assombrissent et laissent présager un orage.
Estelle en profite pour faire une danse de la pluie en espérant que celle-ci nous aide.
Et là, miracle ! Une pluie providentielle s’abat sur nous quelques minutes plus tard.
Nous nous précipitons au milieu de ce relief karstique pour y poser les bâches de nos hamacs et y retenir l’eau de pluie.

abd182_bc4396d2021f4a00b9b2e1ad10c2f4b0Nous en profitons pour prendre une douche sous l’orage avec nos savons bio.
La pluie a été tellement généreuse que nous avons même trop d’eau pour remplir nos réserves !
Après cet épisode pluvieux, nous installons nos hamacs moustiquaires, non sans mal. Thomas tombe encore sur un serpent à côté d’un des arbres qui soutient son hamac.
Pendant ce temps, le coin cuisine se monte et nous profitons des derniers rayons de soleil autour d’un diner gastronomique 5 étoiles, toujours préparé par nos rangers. Le menu à la carte de ce soir : noodles/sardines ou riz/pain-pâté. Nous débriefons des aventures forestières de la journée, toujours émerveillés par l’orage providentiel qui s’est abattu sur nous avant de rejoindre nos hamacs moustiquaires.

abd182_43e7e24f9d1f4a5e9c4e3cf32eec2165

La suite de l’aventure au prochain épisode !

[:]

22 avril – Carnet de voyage

[:fr]

Direction Kampot :

Je viens d’arriver à Kampot, village surprenant rien que par son histoire. Cette ville a connu son heure de gloire à l’époque coloniale grâce au commerce du poivre de Kampot, considéré comme le meilleur poivre au monde. Elle a son charme avec son port de pêche désuet et ses anciennes demeures coloniales le long de la rivière qui traverse cette petite ville. Je rencontre Phoun, un vieil homme où son passé douloureux peut se lire sur les traits de son visage. Assis au bord de la rivière, le soleil se couche doucement, et il me raconte. Il me raconte l’épisode du génocide cambodgien reconnu par l’ONU (avec le Rwanda et l’Allemagne nazi). La guerre du Cambodge qui débuta dans les années 70 avec l’armée des Khmers rouges dirigée par Pol Pot, a longtemps été minimisée par l’Occident. Déjà que la guerre du Vietnam est assez mal étudiée, que dire de son pays voisin, le Cambodge qui a vécu une guerre effroyable ente Les Khmers rouges et forces cambodgiennes entre les années 70 et 75. Le sud, dont Kampot, capitale provinciale en a beaucoup souffert. La nuit vient de tomber, et j’assiste à un spectacle étonnant des lucioles dansant au-dessus de la rivière. Je me jette à l’eau, le plancton alors dérangé s’offense et l’eau salée brille de mille feux par la fluorescence de ces derniers. Phoun sourit de mon étonnement et de la joie que me procure ce moment. Je rejoins mon bungalow qui offre un paysage superbe, où le terrain est entouré de grands palmiers à sucres surplombant la rivière. Le lendemain, j’embarque sur le bateau qui se trouve devant l’hôtel. J’en profite pour regarder le travail des villageois au bord de l’eau et de la simplicité que dégage ce peuple en nous souriant au loin. L’eau est si calme que les plus belles photos sont à saisir. Les palmiers à sucre se reflètent dans le rivage, je me sens seule au monde loin de tout bruit jusqu’à entendre les calaos à casque rouges survolant au-dessus de ma tête, me ramenant à l’essentiel. Ils sont reconnaissables grâce à l’originalité de leurs battements d’ailes. 3 battements succédés par un vol plané sont la caractéristique de l’espèce. Je descends du bateau pour rejoindre la fameuse boucle vert, tour que l’on parcourt à kayak au sein même de la mangrove, superbe écosystème productif qui assure aussi contre l’érosion et les tsunamis. Son utilité s’ajoute à la beauté des lieux inédits. La petite taille des kayaks nous permet de serpent au milieu de cette faune et flore sauvage étonnant, où la nature se bat chaque jour pour subsister. Après cette balade plaisante, je continue mon périple à vélo pour longer la campagne avec ses rizières verdoyantes. Les paysans échangent facilement des sourires, et c’est vrai qu’il est difficile d’oublier que le Cambodge est réputé pour la chaleur et générosité des villageois, non rancuniers de son histoire si effroyable. Le deuxième jour, je pars pour le Bokor, à environ 1 heure de marche de Kampot, dans les hauts plateaux d’une chaîne montagneuse nommée « la chaîne de l’éléphant ». Principale attraction touristique, c’était la station balnéaire française du temps de la colonisation. Lieu interdit aux Cambodgiens pendant cette période, les jeunes français pouvaient alors s’imaginer l’Europe à leur façon. D’ailleurs, il subsiste un casino, une église et un hôtel aujourd’hui détériorés et abandonnés, qui étaient dans les années 50, un haut lieu de villégiature très prisé par les Français et connu de toute l’Indochine. Ce beau monde fut évacué pour laisser place aux Khmers rouges. Sur la route, nous suivons note guide, qui a connu l’horreur de la guerre et qui connaît bien ces montagnes. En 70, il n’a que 13 ans quand il se réfugie dans la forêt comme il peut avec ses frères, afin d’éviter les bombes lancés par les Américains destinés aux Viêt-cong. Malheureusement, la plupart du temps, c’est la population civile cambodgienne qui est touchée. Il se retrouve alors avec une arme à la main peu de temps après. C’est en 1975, quand les khmers rouges arrivent au pouvoir qu’il entre en résistance. On peut déceler encore des traumatismes dans sa voix éraillée. Quand il part au Vietnam rejoindre les autres opposants, c’est avec du monde qu’il revient en libérateur en 79, épaulé par l’armée vietnamienne qui décide alors de s’installer sur du long terme. L’armée Saigon quittera les lieux qu’en 89. Il nous raconte que même après la mort de Pol pot en 98, les khmers rouges continuent à se cacher dans les forêts pour surprendre la population en posant des mines dont le pays essaye encore de se débarrasser… Enfin ce lieu a quelque chose de mythique, qui sort de l’ordinaire. Une colline pleine de mystère sort de nulle part, sûrement due aux nuages qui peuvent cacher pendant des heures la forêt et les bâtiments français perdus dans ce brouillard. En visitant cet ancien palace où il ne reste plus que les murs, je me surprends à croire aux fantômes. Ces murs me ramènent à l’histoire du Cambodge, où j’imagine autant la période faste des années 50, que l’horreur qui a suivi. Ces monuments ont tout vu, ils seront détruits pour laisser place à la construction d’un nouveau palace… à méditer.

[:]